Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.k.Sromancier.overblog.com

Un espace pour m'évader à travers mes textes et mes poemes!!!

LA BAGUE DU DELIT

Publié le 28 Octobre 2015 par Jeusch Kyky Salomon in roman(extrait)

la bague du délit
la bague du délit

Ce jour là je me le rappelle bien, je l’ai vu pour la première fois. Elle était venue à la maison accompagner de ma sœur, c’était une copine à elle. J’étais malade et j’étais couché dans mon lit et lorsqu’elles se sont entrées dans la chambre, la première chose qui m’a retenue l’attention, était cette lumière qu’elle avait dans ses yeux. Son éclat m’a tout de suite frappé cela avait fait l’effet d’un choc électrique comme si je m’étais fait frapper par la foudre et je ne pouvais cesser de la regarder. Elle s’appelait Mikaela. Quelques jours plus tard je suis reparti à l’étranger pour continuer mes études car j’étais là seulement pour les vacances. Depuis ce jour là son visage me hantait, son nom ne cesse de résonner dans mes oreilles et son parfum me suivait partout comme un fantôme qui me hante et je n’arrivais pas à la sortir de ma tête.

Trois longue années ont passé et à chaque jour qui se suit mon as s’aggravait, je n’arrivais pas à me convaincre de l’oublier, cette fille aux yeux étoilés qui depuis son entré dans ma vie ne cesse de me malmener. Alors j’ai du apprendre comment dompter cet envie qui ne rate aucune occasion de me pousser vers elle. Même à distance je ne pouvais pas me contenir de ne pas essayer de la conquérir. je passais mes heures perdus à la traquer partout ; facebook, Messenger, wattsapp, etc., c’était perdu d’avance rien ne semble être capable de l’amadouer. Cette pratique a duré trois ans sans succès et son sourire n’a pas cessé de me tourmenter et moi j’étais incapable de trouver la formule magique qui lui ferait baisser les armes, même pas une brèche ne s’ouvrait à moi. Alors je m’égarais dans mes souvenirs et galérais dans mon obsession de la conquérir. Bien sur, plus les jours passaient, la pression me torturait, ma faiblesse me suppliait de lâcher prise et mon courage se complait et puisait sa force dans l’éclat de son visage enfantin si fragile aux allures d’une princesse de conte de fées et j’imaginais dans ma tete le son de sa voix à la résonance beethoveniale, m’interdisant de reculer. Mais je commençais par perdre patience quitte même à douter de moi. C’est pitoyable je le sais mais je n’avais pas d’autre choix, je ne savais pas comment vaincre cette force qui me rongeait de l’intérieur avec toute la fureur de mon incapacité. Ma situation s’empirait, c’était douloureux mais il le fallait, alors j’ai cessé tout contact. Je ne supportais pas l’idée de ne pas pouvoir lui parler comme à ma dulcinée, comme à celle qui faisait rayonner mes journées, c’était le cas mais je ne pouvais pas la traiter ainsi car elle était le fruit de la vie et en même temps le fruit défendu. Alors pour sauver mes études j’ai du me battre de toute mes forces pour pouvoir oublier cette fille aux yeux captivants.

Je crois que j’en suis parvenu, bref. J’en suis parvenu à sauver ma vie professionnel, mais ma vie sentimental n’était pas au beau fixe, je dirais qu’elle était vraiment mal-en-point, à un niveau qu’elle n’a jamais été au paravent. Dans ma tete c’était le bordel et dans mon cœur les pôles émotionnels se heurtent l’un contre l’autre afin de trouver un rebondissement pour que mes sentiments ne restaient pas ou plus, s’il y étaient pas déjà, sur le banc de touche. Ils voulaient un revirement, un nouveau plan de match, mais que faire, mon cœur appartenait déjà à la déesse. Donc je me suis replié dans l’intérêt de prendre le temps de méditer sur le fait de trouver le mot magique qui m’ouvrirait la porte du royaume de la déesse afin de libérer mon cœur en captivité dans son palais royale à son insu avant qu’il ne devienne sec comme un hareng saur, pour le déposer dans sa fontaine de jouvence là où est sa vrai place.

JKSalomon!!!

Commenter cet article