Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
J.k.Sromancier.overblog.com

Un espace pour m'évader à travers mes textes et mes poemes!!!

BAISER MAGIQUE (capitre 2)

Publié le 9 Janvier 2014 par Jeusch Kyky Salomon in texte

BAISER MAGIQUE (capitre 2)

Je suis parti la laissant planter devant ce resto à attendre , je ne sais qui ; en compagnie de son comportement laid tel les sept péchés capitaux qui ne fait pas honneur à la façade d’ange qu’elle affiche.

Le weekend fut écoulé, le lundi matin tout retourne à la normale, les activités quotidiennes reprennent leur place. Pour moi c’était comme d’habitude. Etant donné que j’avais pas eu le temps de faire mon petit saut matinal a ( FVO )j’ai terminé un peu plus tôt a ‘’ Andi aïd ‘’ a fin de régler quelque dossiers en attentes a ‘’ FVO’’ en accédant au all d’entrer la première tête que j’ai vu est celle de la mégère qui était passée récupérer sa voiture , bien entendu j’ai dû emprunter une route secrète qui mène directement à mon bureau sous peine d’affronter ses délires psychologiques , ne vous m’éprenez pas je suis assez fort pour ça , mais j’étais pas d’humeur, il était environ 2 hres et j’avais pas encore déjeuner alors j’avais la tête ailleurs. Malgré mon incroyable demi-tour a la vitesse de l’éclaire digne de Zoro, j’étais tout de même pas passer inaperçue, du moins pour elle. De ce faite, elle s’est mise à questionner la réceptionniste

  • Qui est-ce ?
  • Qui ça ?
  • Ce type qui a l’air très sur de lui qui vient de passer juste là
  • J’ai vu personne moi !
  • Vous-êtes sûr ? celui que vous m’avez envoyez l’autre jour quand j’avais appelé
  • Quoi ! c’est vous qui avez appelé l’autre jour ! Mais on vous a envoyé personne ; comme je vous avais dit tout le monde était déjà parti.
  • Mais si vous m’avez envoyé personne alors c’est qui ce type c’est bizarre ! il m’a raconté une histoire louche comme quoi il serait l’ami du proprio de cette boite et que …

A ce moment-là elle me voit passer, je me dirigeais au service de réparation, elle dit à la réceptionniste

  • Le voilà c’est lui.
  • Qui ça ?
  • Le type dont je parlais ; non mais je rêve !
  • Vous en avez tout l’air ma très chère, faut vous réveillez maintenant
  • Vous allez me dire qui c’est à la fin !
  • Si vous-y tenez vraiment ! celui-là est le proprio de cette boite, notre patron à tous.
  • Quoi ! qu’est-ce que vous avez dit ! le proprio de quoi ?
  • Il faut croire que vous rêvez vraiment vous…

La secrétaire n’avait même pas terminé sa phrase, elle était accouru à ma rencontre l’air surprise en disant :

  • Slt ! je suis Mlle Christie Karmène Démarrais
  • Bonsoir madame !
  • Ecoutez je voudrais vous présentez mes excuses pour l’autre jour j’avais pas à me comporter tel que je l’avais fait, vraisemblablement vous ne vouliez que m’aider et j’ai…
  • Attendez ! qui êtes-vous ? de quoi vous me parlez là !

Alors là pour elle c’était comme une douche d’eau froide comme si on venait de blesser une vieille plaie, peut-être que j’y étais allé un peu trop fort, mais elle le méritait :

- Quoi ! reprit-elle, vous vous souvenez surement de moi ?

- Non !Je devrais ? et pourquoi devrais-je ?

Ces mots-là étaient la dernière prise de terre qui l’enfonceraient au plus profond sa malencontreuse mésaventure.elle était entrai de se tapeerla honte du siécle. Mais elle n’allait pas se defiler ;elle continue :

-Alors là je n’en reviens pas ! Vous vous foutez de ma gueule ou quoi !

-Non pas le moins du monde ! De toute façon même si j’en avais envie j’aurais pas eu le courage de le faire. Elle est trop sexy ta gueule j’aurais jamais eu assez de cran pour me moquer d’elle et je serais le mec le plus idiot du monde si je faisais ça.

- Non mais quel con en plus vous faites !

- Vous voyez ! C’est-ce que j’avais dit (rétorquai-je sous un air ironique)

- Pas plus tard que l’autre jour vous étiez prêt à tout juste pour arriver à attirer mon attention et aujourd’hui vous me traitez de la sorte.

- Ouais, d’accord ! Je vois ! Écoutez mademoiselle ou madame je ne sais pas qui vous êtes et je m’en fille d’ailleurs, vraisemblablement vous délirez et moi j’ai assez perdu de temps à écouter vos histoires saugrenues digne pour la poubelle. Tiens-donc ! je crois que quelqu’un m’a déjà répété ces mots-là ! Non je me trompe, si je me souviens bien c’était ‘’ vos histoires à dormir debout digne d’un conte de fée’’ c’était ça je crois, non ! - Au revoir ma demoiselle, passez une excellente fin de journée.

Je m’étais installé derrière mon bureau, et elle était restée au même endroit. Je la regardais à travers le vitre en essayant de comprendre ce qui lui venait de tomber dessus, mais j’en doute qu’elle était parvenue à déchiffrer tout ça, néanmoins ce dont je suis sûr, elle sait maintenant ce que ça fait ,le fait de se faire rabaisser et de se sentir humilier. Après s’être bien digérer le gout amer que je venais de lui ingérer dans la bouche, elle se décide enfin à partir, elle récupère sa voiture et a foutu le camp. Je croyais que je m’en étais débarrassé une bonne fois pour toute, mais j’en étais au commencement de mes peines…

Commenter cet article